Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

L'Association de la Cause Freudienne-Massif Central est une émanation de l’École de la Cause freudienne (Reconnue d'Utilité Publique). Elle œuvre pour l'étude de la psychanalyse ainsi que ses connexions, tant théoriques que pratiques, avec les disciplines qui lui sont affines.

Déléguée régionale :

Valentine Dechambre

valentine.dechambre@gmail.com

Éditeur du blog : Nadine Farge

 

PART. 3

PAR ANGÈLE TERRIER

 

 

Le constat du réel de l’exigence pulsionnelle dans la sexualité infantile est au centre de l’invention de la psychanalyse par Freud. Pas d’inconscient sans la rencontre avec un premier jouir formule Lacan dans « La conférence à Genève sur le symptôme »1. En mettant l’accent sur l’effet de cette rencontre, il fait valoir, avec l’appui de la clinique du petit Hans, le caractère d’extériorité et d’étrangeté de cette jouissance hétéro qui fait effraction. Si le tout-petit rencontre la réalité sexuelle sur son propre corps, cette jouissance n’est cependant en rien autoérotique. En témoigne l’invasion déchirante que connaît le petit Hans dans ce symptôme phobique, qui condense cette jouissance qui l’assaille et qu’il rejette de toutes ses forces. Le symptôme se forme au point où la réalité sexuelle fait effraction, dans le contexte de l’intimité qu’il connait avec sa mère et du type de père qu’il a. La réponse du sujet est effet de la contingence d’une rencontre avec une jouissance extérieure ainsi que de la nécessité structurale du langage qui le confronte à un indicible.

Cent-vingt ans après la naissance de la psychanalyse, des femmes témoignent dans un bien dire percutant de l’inassimilable d’un trauma sexuel. Si la psychanalyse met en évidence que l’introduction de la sexualité est structurellement traumatisante2, la violence du trauma est tout autre lorsqu’une mauvaise rencontre vient incarner cette jouissance au lieu de l’Autre.

Lorsque le voile du fantasme recouvrant le réel se déchire, le sujet se retrouve face à la jouissance obscène de l’Autre. Alors, ce qui s’éprouve de l’altérité du corps propre dans le surgissement du sexuel vient se confondre avec la position d’objet que le sujet incarne pour la jouissance d’un autre.

Une analyse peut permettre de saisir quelque chose de cette position d’objet qui est constitutive de tout sujet qui vient au monde et de lire le symptôme qui s’est formé en réponse à ce trauma initial. Elle peut aussi per- mettre de sortir du gouffre dans lequel un sujet s’est vu précipité suite à un trauma sexuel.

Nous vivons dans un monde qui n’est plus exclusivement dominé par une aspiration à la virilité, l’orienta- tion lacanienne permet à la psychanalyse d’accueillir le réel tel qu’il surgit à notre époque. Les 50es Journées de l’ECF permettront de faire le point sur la question du trauma sexuel et de recueillir par la clinique un savoir inédit sur ce qui fait attentat sexuel aujourd’hui. 

 

  1. Lacan J., « Conférence à Genève sur le symptôme », La Cause du désir, n° 95, Paris, Navarin éditeur, avril 2017.
  2. Cf. Lacan J., Le Séminaire, livre XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, Paris, Seuil, 1973, p. 62.

 

50es JOURNÉES DE L’ÉCOLE DE LA CAUSE FREUDIENNE. 14 ET 15 NOVEMBRE 2020. PARIS

École de la Cause freudienne. 1 rue Huysmans. 75006 Paris.

www.causefreudienne.net / contact@journeesecf.fr / +33 (0)1 45 49 02 68

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :