Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

L'Association de la Cause Freudienne Massif-Central est une émanation de l’École de la Cause Freudienne (Reconnue d'Utilité Publique). Elle œuvre pour l'étude de la psychanalyse ainsi que ses connexions, tant théoriques que pratiques, avec les disciplines qui lui sont affines. Délégué régional : Hervé Damase herve.damase@orange.fr. Éditeur du blog Michel Héraud.

Publié par Association de la Cause Freudienne Massif Central

Le Cartel

Valentine Dechambre

Déléguée aux cartels pour l’ACF-MC

Jacques Lacan, par l’Acte de fondation de son Ecole, décide en 1964 de faire du cartel l’organe de base de son Ecole.

Plutôt que sur des séminaires ou des cours magistraux, l’étude de la psychanalyse reposera sur « une élaboration soutenue dans un petit groupe »[1].

La question de l’ancienneté ou du bagage universitaire est reléguée au rang d’accessoires.

Ce qui compte, c’est la mise du désir de chacun et la structure du cartel : 4 + 1.

Quatre cartellisants s’entendent pour travailler ensemble sur un même thème. Ils font ensuite appel à une personne désignée comme plus-une. Le cartel est alors constitué ; il se choisit un titre et chaque cartellisant précise son sujet de travail qui lui est propre. Il peut s’agir de la lecture d’un texte fondamental de la psychanalyse, de l’étude d’un concept, d’une recherche clinique ou théorique, ou encore d’un sujet en connexion avec d’autres champs.

Lacan référait son choix du terme de cartel à l’italien Cardo, qui signifie gond[2]. Un dispositif qui appelle au réveil ! A l’époque du tout virtuel et de l’accès à un savoir illimité via un puissant moteur de recherche épinglé par J.-A. Miller d’une référence autistique – celle d’un « savoir dans la poche »[3], le cartel se présente comme ce lieu paradigmatique d’élaboration où chacun peut – à partir de sa question - produire des bouts de savoir dans un échange avec les autres membres de son cartel. Une ou deux fois par an, il est proposé aux cartellisants d’exposer leurs travaux lors d’une soirée des cartels.

Travailler et inscrire un cartel

Un cartel peut se constituer à tout moment. Qui cherche cartel peut aussi s’adresser directement à Valentine Dechambre, valentine.dechambre@gmail.com, déléguée aux cartels pour l’ACF-MC. Il n’est pas nécessaire d’être membre de l’ACF pour en faire partie.

Une fois constitué, n’oubliez pas d’inscrire votre cartel, en ligne, sur le site de l’ECF où il prendra place dans le catalogue des cartels de l’Ecole. Ce catalogue est actualisé et publié chaque année.

.INSCRIPTION DES CARTELS

Mode d’emploi

Suivez le chemin ci-dessous, qui est bien balisé :

• Rendez-vous sur le site de l’Ecole <http://www.causefreudienne.net>, cliquez sur

« Étudier en CARTELS », puis sur « Pour inscrire un cartel ou consulter des infos sur les cartels ».

•Entrer le nom de l’utilisateur : cartelecf et le mot de passe : 4plus1

• Cliquer sur l’onglet « Créer un cartel ».

Si votre cartel se poursuit, vous trouverez son titre dans l’onglet « Sélectionnez un cartel ». Cliquez sur « Créer ». Il vous sera ensuite proposé de lui « ajouter des membres ». Vous trouverez le nom de chaque cartellisant dans l’onglet « Nouveau cartellisant » et vous n’aurez pas à ressaisir toutes les données (mais vous pouvez éventuellement modifier l’adresse ou le numéro de téléphone etc.). N’oubliez pas d’indiquer votre « sujet de travail » (qui n’est pas préenregistré) et, si nécessaire, de cocher la case « plus-un ».

Si vous vous inscrivez pour la première fois, inscrivez d’abord le « Titre » du cartel, choisissez sa « Rubrique ». Cliquez sur « Créer ». Il vous sera ensuite proposé de lui « ajouter des membres ». Veillez à renseigner ces données avec soin (Noms en majuscules, majuscule à la première lettre du prénom, du nom de la rue, du sujet de travail etc.) de façon à alléger la tâche des collègues qui se chargeront de l’édition du prochain catalogue.

__._,_.___

[1] J. Lacan, « Acte de fondation », Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p.229.

[2] p.234

[3] J.-A Miller « En direction de l’adolescence », Interpréter l’enfant, Navarin, 2015 p.197.